Livraison en Point Relais offerte à partir de 20€

Pourquoi passer aux cosmétiques naturels ?

C’est une question que l’on me pose très souvent… Alors j’ai décidé d’y consacrer l’un des premiers articles de ce blog. Evidemment, le sujet est très vaste et je pourrais en parler pendant des heures... Je me suis donc concentrée sur les substances à éviter, mais d'autres articles suivront, promis ! J'aborderai plus tard les magnifiques fausses promesses avancées par les grandes marques.

Je n'y crois plus, et je suis sûre que vous non plus... 

Personnellement, j’ai commencé à m’intéresser à la composition des cosmétiques dits « conventionnels » lorsque j’étais enceinte. Et une fois que l’on s’attarde à la longue liste d’ingrédients incompréhensibles figurant au dos de nos produits… impossible de faire marche arrière. On se dit qu’il faut changer ses habitudes. Et surtout, on se dit que l’on a plus envie d’être dupe.

Car cette liste d’ingrédients, ou liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) est malheureusement très souvent truffée de substances nocives pour la santé et l’environnement. Ces ingrédients sont évidemment considérés comme sans danger à court terme. Mais si l’on additionne les petites quantités que l’on utilise, jour après jour, tout au long d’une vie, multipliées par les différents types de produits utilisés : gel douche, shampoing, déodorant, dentifrice, crème de jour, de nuit, maquillage… il y a de quoi s’inquiéter !  Car les études se multiplient et tendent à prouver que plusieurs de ces substances chimiques agissent comme perturbateurs endocriniens (ces molécules ont donc un impact sur le système hormonal, et peuvent induire des problèmes de santé importants).

Les substances nocives

Mais quelles sont ces substances exactement ? Il y en a de plusieurs catégories, toutes utilisées pour leur faible coût, leur texture agréable, leur parfum… Mais
ces ingrédients proviennent souvent de l’industrie pétrochimique : silicones, huiles minérales, alcools gras, solvants, polymères (matières plastiques), émulsifiants d’origine synthétiques, conservateurs (alcools ou parabens), parfums de synthèse, colorants…

Voici donc quelques astuces, tirées du livre de Julien Kaibeck « Adoptez la Slow Cosmétique » , si vous souhaitez déchiffrer les emballages de vos cosmétiques. Plusieurs de ces ingrédients y figurent ? Alors il vaut peut-être mieux vous en détourner… Et ne vous étonnez pas, ces substances se retrouvent aussi dans les cosmétiques conventionnels pour bébés et enfants !

Vous êtes prêt(e)s? Voici la liste de ces magnifiques joyeusetés, utilisées dans quasiment TOUS les cosmétiques les plus connus, présents en nombre dans nos grandes surfaces : 

Huiles minérales (corps gras inertes issus de minéraux et servant aussi dans l’industrie comme lubrifiants mécaniques ou huiles de moteurs !) : Paraffinum liquidum, petrolatum, mineral oil…
Alcools gras et solvants : methyl-propyl- ou caprylyl-alcohol, hexadecanol, alcool cétylique ou alcool stéarylique, polypropylène glycol (PPG)…
  Silicones (matières plastiques) : finnissent en –one ou en –oxane (dimethicone, cyclohexasiloxane…)
  Polymères (matières plastiques) : polypropylène, PEG, PPG
  Conservateurs : alcool, parabens, thiazolinones, l’EDTA, Quats,...
Emulsifiants SLS
 Sels d’aluminium
Parfums synthétiques : Fragrance ou parfum
Colorants : Cl, suivi d’un nombre à 5 chiffres (Cl12120)
- ...

Si le sujet vous intéresse, et que vous désirez en savoir plus sur ces ingrédients, leur impact sur la santé et l’environnement,  je vous invite à découvrir le livre de Julien Kaibeck « Adoptez la Slow Cosmétique ». Les explications y sont simples et révélatrices. Après cette lecture, vous ne regarderez plus jamais du même œil vos petits flacons, achetés si innocemment  ! 
 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés